Nos actus

Répercussions d’épines irritatives d’appui plantaire antéro-internes en dynamique : Exposé des 12 èmes Journées de Posturologie – 29 et 30 Janvier 2005

Thierry LE ROYER (Directeur d’enseignement PAPS) & François MILLAS (enseignant PAPS) Podologues

Introduction

Il est fréquent de constater lors de nos consultations en podologie du sport un déséquilibre externe du pied en appui bi-podal, ainsi qu’à la marche. Une des hypothèses permettant de comprendre ce phénomène pourrait être la présence d’épines irritatives d’appui plantaire (E.I.A.P.). Cette objectivation peut se faire soit cliniquement avec le test podopelvien et soit de façon instrumentale avec un podomètre électronique. L’examen vidéo dynamique à la course sur tapis électronique révèle quant à lui des appuis plantaires bien différents.

Marche en supination >Définition E.I.A.P.

Zones nociceptives podales conscientes ou non qui lors de leur mise en contact avec l’environnement entraînent une modification de la posture ou de l’équilibre chez l’homme debout. A.M. Leporck et Ph. Villeneuve 1996

Objectivation clinique

Déséquilibre externe du pied Phase monopodale Test Posturodynamique podopelvien Test Podopelvien

Réponse aphysiologique

Dysfonction proprioceptive ou extéroceptive Bassin ou M.I
Dysfonction extéroceptives
Test des E.I.A.P : sur mousse
Podopelvien sur mousse

Objectivation instrumentale

Enregistrements stabilométriques sans et avec mousse, yeux fermés

Sol dur

X = - 33 mm (-10,5/11,1)
S = 1615 mm2 (210/638)

Sur mousse

X = - 5 mm (-10,5/11,1)
S = 370 mm2 (210/638)
QP = 22,91

Exemple de traitement par Orthèses plantaires thermosoudées Orthèses plantaires thermoformées

Conclusion

Chez le sportif, l’examen vidéo dynamique de la course comparé à l’examen statique et à la marche met en évidence le rôle majeur des E.I.A.P. Ces zones nociceptives modifient de façon significative les appuis de nos patients. Alors, faut-il dans ce contexte revoir le plan d’appareillage de nos orthèses plantaires qui consiste souvent à corriger les varus de compensation par des éléments externes ?

Citons P.M. Gagey et B. Weber :

« Avant de commencer à chercher la moindre orientation thérapeutique, le posturologue doit donc éliminer l’existence possible de ces perturbations en rapport avec une lésion plantaire ou autre... »